Ne me donne ni pauvreté ni richesse

14
Oct

Je te demanderai deux choses : Eloigne de moi la vanité et la parole de mensonge ; ne me donne ni pauvreté ni richesse ; nourris-moi du pain qui m’est nécessaire, de peur que je ne sois rassasié, et que je ne te renie et ne dise : Qui est l’Eternel ? et de peur que je ne sois appauvri, et que je ne dérobe, et que je ne parjure le nom de mon Dieu.
Proverbes 30. 7-9

On trouve ces paroles d’Agur au chapitre 30 du livre des Proverbes. Cet homme dit de lui-même qu’il est stupide et n’a pas d’intelligence. Il est humble et sans prétention et demande à Dieu de le garder à la fois de la pauvreté et de la richesse.

La raison de sa première demande n’est pas son bien-être, mais il sait que le dénuement pourrait l’entraîner à convoiter ou même dérober le bien d’autrui. Il désire être préservé de ce péché devant Dieu.

Mais pourquoi ne pas vouloir la richesse ? Ce pourrait être une bénédiction divine ! Agur voit loin et clair. Il sait que, dans une situation d’abondance, nous risquons vite d’avoir le sentiment que tout nous appartient, que tout nous est dû et que c’est grâce à notre intelligence que nous avons acquis tout ce bien. Oui, le sage Agur a peur d’en arriver à oublier Dieu, à ne plus le faire entrer dans sa vie.

Cette sagesse d’Agur rejoint l’exhortation de l’apôtre Paul : «Ordonne à ceux qui sont riches dans le présent siècle, de ne pas être hautains et de ne pas mettre leur confiance dans l’incertitude des richesses, mais dans le Dieu qui nous donne tout richement pour en jouir» (1 Timothée 6. 17).

Demandons à Dieu cette sagesse et cette sobriété, et pensons à notre modèle, Jésus Christ qui, «étant riche, a vécu dans la pauvreté pour vous, afin que par sa pauvreté vous soyez enrichis» (2 Corinthiens 8. 9).

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :